Free-Word

Come wander with me now, come wander with me.

Dimanche 11 octobre 2009 à 16:24



ça faisait longtemps que j'avais pas posté une vidéo APH, alors voilà, je rattrape. J'aime beaucoup la chanson qui accompagne cette vidéo, Radwimps et Sound Horizon font des chansons vraiment magnifique. Donc, ici c'est du sound horizon, la chanson est hiiro no fûsha (moulin rouge), une jolie chanson pas très joyeuse mais très belle quand même. 

"Mawaru mawaru "Moulin Rouge"
Kirei na hana wo sakasete
Odoru odoru "Moulin Rouge"
Kirei na hana wo chirasete "

http://free-word.cowblog.fr/images/Hetalia/4749811673446278116250462716934891829637n.jpg

IroHana du haut de son petit nuage

Samedi 26 septembre 2009 à 14:14

Titre : Entre illusion et réalité

Rating : K+

Pairing: Russie/Chine

Disclaimer : Hetalia Axis Power ne m’appartient pas, il est la propriété de Hidekaz Himaruya

Note : J’ai eu beaucoup de mal à écrire ce One-shot, j’espère donc qu’il ne sera pas trop mal. J’ai essayé de me documenter le plus possible sur l’histoire de la Chine et de la Russie, j’espère qu’il ne manquera pas trop d’élément important.

Au milieu de la neige éternelle de Sibérie, le général Winter regardait l’enfant assis devant lui, les yeux complètement éteint, serrant contre lui une écharpe blanche.

- Россия

Le futur s’annonçait bien noir.

Toris n’en croyait pas ses yeux, tout avait changé autour de lui, il ne restait plus rien de ce qu’il avait connu

-Qu’est ce que vous faites Mr Ivan, demanda-t- il complètement désorienté.
En face de lui Ivan contempler du haut de sa fenêtre la Russie qui s’enflammait. Au loin, il pouvait entendre l’écho des hurlements de souffrance du peuple  russe qui souffrait. Il se tourna lentement vers Toris, son sourire candide mais tellement angoissant  coller à ses lèvres et avança lentement vers Lituanie, celui-ci se sentant comme paralysé.

-J’amorce le changement lui murmura-t-il savourant chaque mot.

Tout avais changé en Russie maintenant, il ne restait plus aucune trace des anciens parti et des anciens supérieurs d’Ivan, maintenant que le changement avait était mis en place chez lui, il allait pouvoir l’appliquer dans le monde entier, même si pour cela il devait déclencher un bain de sang et d’horreur. Tout détruire pour mieux reconstruire, pour que règne enfin l’égalité. Dans peu de temps, la neige n’aurait plus rien de blanc.

Dans peu de temps, tous se plierait devant lui.

Chine était seul, on lui avait tout enlevé, sa famille, ses frère, ses sœurs… Tous l’avait trahit, surtout lui, Japon, celui qui avait élevé et accueilli. Yao frappa le sol, il se sentait tellement faible alors qu’il était pourtant un des pays les plus vieux. Qu’allait-il maintenant pouvoir faire pour retrouver sa puissance d’antan, pour pouvoir de nouveau revoir Taiwan, Hong Kong et Corée ?

Des larmes d’amertume roulèrent sur ses yeux, il n’y avait plus rien à faire.

-Je peux t’aider si tu veux souffla une voix.

Yao leva les yeux, devant lui se tenait la Russie elle-même, s’approchant de lui avec précaution. 
-Je peux t’aider à prendre ta revanche si tu le souhaites lui répéta-t-il, si nous sommes ensemble, tu n’auras plus rien à craindre.
Il déposa délicatement dans ses bras un drapeau rouge soigneusement plié et le serra fort contre lui.

-  --Таварич Китай
Appuyer contre le torse d’Ivan, Yao ne pouvait voir l’expression terrifiante qu’avait prise le visage de Russie. De toute manière, il ne préférait sans doute pas la voir.

-Ca brûle aru !

Ivan rit doucement devant la grimace de dégout du chinois, il l’avait pourtant prévenue que la vodka n’avait rien à voir avec ce qu’il pouvait trouver en Chine. Mais très vite son expression glacial repris le dessus, il n’avait pas le temps de s’attacher.

Yao n’était qu’un pion en plus sur l’échiquier géant qu’était la terre.

Yao ne comprenait pas ce que faisait Ivan. A quoi celui-ci jouait-il en envahissant Feliks et en ce battant contre Finlande ? Lui qui prônait l’égalité social et la paix pourquoi donc s’engagé-t-il dans de sombre guerre ?

-Ne pas se mêler des affaires occidentales aru…
il devait faire confiance à Ivan, si il faisait cela alors il devait sans doute avoir des centaines de bonne raison. Après tout il avait déjà assez de problème de son côté sans se mêler des leurs. Ses relations avec Kiku n’allait plus du tout. Son petit frère avait perdu la tête est essayait désormais d’envahir chaque pays Asiatique, donc lui. Il n’arrêtait pas de répéter qu’il devait unifier l’Asie, montrait au monde qu’il était le plus puissant.

Ivan était inquiet, même si il n’en montrait aucun signe. Ça n’allait plus du tout, Yao voulait aller trop vite, trop loin, il ne voulait rien savoir de ces plans et tout ça c’était très mauvais, il était le seul maître à bord, il n’avait pas l’habitude qu’on lui désobéisse.

-      - Yao, on peut savoir ce qui te prend de ne pas suivre mes ordres ?!

Chine sembla hésiter quelque instant devant. Il avait toujours suivi l’avis de Russie, devait-il encore une fois le suivre

-      - Bien Ivan aru...
Que pouvait-on faire quand on ne comprenait même plus si c’était sa raison ou des sentiments humains qui parlaient ?


Ils auraient du bien s’entendre tout les deux, après tous n’étaient ils pas semblable, n’avait-il pas les mêmes but, les mêmes idéales ?

-Ivan c’est fini Aru, je ne te suivrais plus

Une main épaisse l’attrapa violemment, le fixant d’un regard glacial, laissant entendre que la phrase que Chine venait de déclarer avait intérêt à n’être qu’une vaste blague.

-Me quitter Yao, crois-tu vraiment pouvoir le faire ? Que tu le veuilles ou non, nous sommes liés par les mêmes idéaux, nous sommes frères.

Il y avait quelque chose dans la voix d’Ivan qui appelait Yao, qui lui faisait penser que peut être Russie allait changer son comportement, que les bains de sang arrêterait et que le temps ou il lisait tous les deux le livre de Mao Zedong reviendrait. Il repoussa Ivan, d’abord doucement, puis plus violemment, essayant de ce convaincre du bien fondé de son geste. Il devait partir loin de lui, signer la fin de leur accord sino soviétique. Il se détourna de celui avec qui il avait tant partagé, l’abandonnant au milieu du vent glacé

-Tu le regretteras toujours Yao…

L’URSS avait disparut, Toris, Lettonie, Estonie, ils étaient tous parti le laissant seul, comme lui l’avait fait des années plus tôt ? Ils finissaient tous par le laissait seul, il n’avait pas dérogé à la règles

La révolution culturelle de Yao acheva de couper les ponts entre lui et Ivan, leur relation n’avait désormais plus rien d’amicale. C’était à peine si une guerre entre ces deux grandes puissances n’était pas a prévoir

 

Malgré tous les conflits, les vielles rancunes, les trahisons et leurs idées opposé, les prémices d’une nouvelle alliance sino-russes se profilait à l’Horizon, laissant Alfred dans une position délicate, en effet, il devait tout faire pour éviter une nouvelle alliance entre les deux grandes force de l’Eurasie, sous peine de voir son influence diminué, ce qu’il refusait, jamais il ne laisserait de l’avance à Ivan, et peut être bien aussi qu’il n’avait envie que son ennemie de toujours ne se remette avec celui qui avait partagé tant de chose avec lui.
Peut être bien….

Mais cette nouvelle alliance était elle possible se demander Yao, l’occident l’avait tant de fois déçu est blessé, et celui qui se disait son « frère » croyait-il pouvoir effacer des années d’Hypocrisie ?

http://free-word.cowblog.fr/images/RussiaChinabyjyoy.jpg


Buuu je n'arriverai jamais à finir cette fanfiction et à mettre les morceaux entre eux ! De toute manière je déteste ce couple, la prochaine fois j'en ferais une sur Germany/Italy, ou Prusse/France, ou Amérique/Russia !
Enfin Bref, on s'en fout !

J'écris toujours (8)

IroHana du haut de son petit nuage

Jeudi 6 août 2009 à 14:02

Nya, ça faisait longtemps que je n'avais pas posté quelque chose qui ressemble de près ou de loin à un texte alors voilà, je poste une petite fanfic qui m'a pris pas mal de temps à écrire :
http://free-word.cowblog.fr/images/Hetalia/APH49.png

- Arthurrrr, tu ne trouve pas qu’ils sont so coute quand ils dorment ? Roucoula Francis en essayant tant bien que mal d’imiter l’accent anglais.
- Francis, si tu continues à parler comme ça, je te déclare une nouvelle guerre de cent ans lui répondit Arthur avec toute la patience qu’il pouvait avoir en présence du Français, et je ne plaisante pas rajouta-t-il en voyant Francis ouvrir la bouche pour sortir sans doute une phrase d’une importance capitale. 

Tandis que Francis jouait sa Drama queen à côté (Oh pourquoi tant de haine Arthur ?? Je suis si tristeee !! ) Angleterre jeta un coup d’œil à ce que France appelait de «  so coute «  et il ne put empêcher la Nostalgie de s’emparer de lui. Il avait raison, Alfred et Matthew était si mignon en cet instant. Après le dernier sommet d’un niveau très élevé,  le thème étant «  Et si on instaurait le prix Nobel de la sieste », (Arthur remerciait encore Grèce et Espagne pour cette fantastique idée). Il avait donc convié Canada, France et Amérique à venir chez lui, pour leur parler de sujets importants tels que l’écologie, la politique, bref, des choses que l’on abordait très peu lors des réunions entre une dispute de Grèce et Turquie et la nouvelle coupe de cheveux de cet imbécile de Pologne. Mais leur petite réunion improvisée c’était étalait assez longtemps et les deux plus jeunes nations s’étaient endormies. Et la vision de ces deux la blotti l’un contre l’autre rappelait tant de choses à Angleterre, tants de chose …

-0-

Au Alentours de 1492, période de colonisation.

Sur son bateau, Angleterre réfléchissait, avais-t-il bien fait de s’en aller explorer d’autres contrés, laissant l’Europe aux mains d’idiots se nommant respectivement Francis, Antonio et Prusse ?  Depuis qu’Espagne lui avait parlé de ce nouveau monde cela l’intriguait fortement. Il regarda l’océan, essayant vainement de distinguer une forme lointaine se dessiner sur la surface bleutée, mais rien à part les rayons du soleil ne se reflétait. Qu’allait-il donc trouver là-bas ? Arthur laissa son regard survolé l’horizon quelques instants puis rentra s’enfermer dans sa cabine, songeur.
Cela allait faire maintenant une semaine qu’il naviguait, l’île, ou plutôt le continent, était tout proche maintenant, mais pourtant Arthur n’était plus vraiment impatient de débarquer. Il s’ennuyait ferme sur ce bateau, son pays ainsi que ses amis féériques lui manquaient.  

- Et personne d’autre,  rajouta-t-il fermement en pensée lorsque l’image d’un jeune vantant sa chevelure soyeuse lui apparut à l’esprit.

« Désert» fut le premier mot qui lui vienne à l’esprit lorsqu’il posa le pied sur terre. En effet, il n’y avait personne. C’était bien la peine que Antonio fasse tout une histoire à propos de sa soi-disant découverte si il a rien à voir. Décidemment à part faire des churros, il n’était pas franchement utile et ce n’était pas Lovino qui lui dirait le contraire. Il entendit soudain un bruit derrière lui. Il se retourna vivement, l’épée à la main. Après tout peut être qu’il y avait des gens ici. Il scruta longuement les hautes herbes vertes, cherchant à distinguer un visage ou une silhouette, mais il n’y avait rien. Il rangea en soupirant son épée. « Crack » Cette fois si, il en était sûr, il y avait quelqu’un. Il écarta les grandes herbes et …

Deux enfants le regardaient l’air inquiet, l’un tenant un ours en peluche entre ses bras, l’autre  tenant fermement par la main celui qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Arthur sourit, le bateau devait repartir ce soir, il ne rentrerait pas avec. Il avait maintenant une bonne raison d’être venu sur ce continent.

1763 Guerre Angleterre-France où la France perd ses possessions sur le sol Américain

Arthur avait décidé de reprendre Matthew à Francis, après tout, c’était lui le premier à l’avoir rencontré. Puis il serait bien mieux avec son frère jumeau, il avait très bien remarqué le lien étrange et fusionnel qui unissait les deux frères jumeaux. Peut être qu’il y avait aussi une part d’envie de voir encore une fois Francis à genoux. Toujours est-il qu’il lui avait repris, plus ou moins avec force le doux Canada, qui lui ne comprenait pas pourquoi on l’arrachait à son père adoptif, et qui ne comprenait pas non plus pourquoi Francis pleurait. D’ailleurs à ce moment, Arthur eu presque des regrets, presque.

S’en était suivie une courte période de calme, ou tout allait bien, et ou Arthur pouvait s’occuper tranquillement de ses petits frères, qui étaient les seules personnes qui lui apportait un peu de calme et de sérénité loin des guerres qui éclatait un peu partout en Europe. Rien que le fait de les voir dormir, Matthew blotti contre Alfred, lui apportait un bonheur sans nom.
Un bonheur de bien courte de duré.

1775-1783 La guerre d'indépendance

Quand Amérique était venue lui demander son indépendance il avait cru à une blague. Après tout, pourquoi son charmant petit frère adoptif voudrait se séparer de lui, l’une des grandes puissances mondiales. Puis lorsqu’il vit le visage sérieux d’Alfred ce fut la colère qui l’envahit. Comment pouvait-il oser lui demander ça alors que sans lui il n’était rien. Si Arthur ne l’avait pas pris auprès de lui à l’heure qu’il est il serait encore une pauvre nation sans aucune connaissance. Comment Alfred pouvait se montrer si  égocentrique   en demandant son indépendance.

- Hors de question, trancha-t-il

Alfred soupira, il se doutait de la réponse de son grand frère, il aurait pourtant tellement préféré ne pas en arriver là

-  Dans se cas, si tu ne me donnes pas ton accord, je le prendrai pas la force, déclara Alfred fermement

Arthur le regarda un soupçon de moquerie dans ses yeux  

- Me le prendre pas la force, railla-t-il, Allons, sans moi Alfred tu es incapable de lacet tes chaussures. Maintenant, sors de là, j’ai des impôts à créer »

 

Ce jour là il pleuvait, le ciel était pourfendu d’éclair, dans l’air une odeur de sang flottait.

 A des kilomètres de là, Matthew avait fermé les yeux et priait.

Des jours, des semaines, des mois, ils ne voyaient plus le temps passé. Et même après tout ces mois d’affrontement Arthur refusait de lui donner son indépendance, il refusait de le voir partir. Il se battrait jusqu’au bout, il lui prouverait qu’il était le plus fort, la plus forte des nations. Même si tout ses soldats tombait les un après les autres se faisant piétiner par les Américains et par les Français, il continuerait de se battre, il continuerait, il continuerait !

Il était entouré, il ne restait plus que lui, Alfred et ses troupes, et Francis. Il lança un regard dégouté à Francis, il le détestait, il n’avait pas le droit de rejoindre Alfred.

-Arthur…. tenta-il doucement
- La ferme France !

Puis Alfred s’avança, et- à ce moment là il n’existait plus que lui et Angleterre.

-C’est fini maintenant Arthur, je ne suis plus le petit garçon à qui tu racontais des histoires de fantômes. Désormais, je suis une nation indépendante, Je…
- Alfred !!!

Encore à des kilomètres de là Matthew pleurait sans même savoir pourquoi.  Dans le ciel un fusil volé.

Un soudain retournement de situation, Angleterre braquait désormais son fusil sur la poitrine d’Alfred qu’il venait de désarmer. Il savait très bien que même s’il tirait sur lui, il avait perdu. Il se laissa glisser sur le sol boueux et se mit à rire nerveusement. La colère l’avait quitté désormais, il ne restait en lui qu’une profonde tristesse et de l’incompréhension

-Je suis indépendant maintenant.

Il avait perdu.

Indépendance du Canada 1867

Des années après, lorsque Canada est venue lui demander son indépendance, Arthur lui a donné immédiatement, sans question, ce qui a fortement étonné Matthew et son frère, qui lui avait dût combattre pour la gagner . En réalité, Arthur n’avait pas envie de devoir se battre à nouveau contre un de ces petits frère adoptifs, d’autant plus qu’il savait très bien que Matthew était contre toute forme de violence. Alors voilà, maintenant Canada était indépendant, Amérique était indépendant et lui était seul, désespérément seul comme avant qu’il ne les rencontre.

 

De 1918 à aujourd’hui

 Les guerres s’étaient enchainé d’abord la première guerre mondiale d’une brutalité sans nom, puis la deuxième, la plus horrible, où il s’était retrouvé allié à Alfred, soudainement élevé au rang de plus grande puissance mondiale, sans qui il n’aurait pas pu gagner cette guerre, un grand coup d’épée dans la fierté d’Arthur. Après il y avait eu cette stupide guerre froide, où cet imbécile n’arrivait pas à entendre ce qu’il lui disait et continuait à se battre contre Ivan à coup de «  vais-je ou ne vais-je pas t’envoyer une bombe nucléaire en pleine face histoire que tu n’existe plus le premier ? » Mais heureusement, tout c’était fini sans trop de dommage.

Il essaya de ne pas repenser à tout ce qu’ils c’était passé pendant le XXIème siècle. La guerre, les attentas, le terrorisme. Tout ne se serait pas passé comme ça s’il était resté auprès de lui, s’il ne l’avait pas laissé tomber pour son « indépendance »

-0-

-Arthur ?

Angleterre sursauta à la vu des deux bleus qui le fixaient. Il était près, bien trop très à son goût. Et la lueur moitié lubrique, moitié inquiète qu’on pouvait y lire ne l’enchantait guère.

-On peut savoir ce qu’il te prend Francis de me coller comme ça, demanda t-il gentiment après avoir écrasé son pied dans la figure maintenant rouge du français.
-Cela fait dix minutes que tu les observes fixement en passant par à peu près toute les gammes d’émotions. Alors, je me suis demander si Ivan n’avait pas versé des trucs louches dans ton verre, sachant qu’il à déjà eu le culot donner des trucs bizarres à mon président.

Arthur ne put s’empêcher de sourire. Il n’avait jamais vraiment était seul après tout, il y avait toujours eu ce stupide mangeur de batraciens auprès de lui. Puis Alfred et Matthew étaient quand même encore là, bien que leur relation est changée.

-A force de manger des hamburgers tu deviens comme lui Francis, Parano.
- On a parlé d’Hamburgers ?!!

Hop, voilà, je sais pas si qui que ce soit va le lire, mais franchement c'est le one shot le plus long que j'ai écrit. Pour le coût, je dirais Méga-enjoy !
Bonne après-mid à vous =)

IroHana du haut de son petit nuage

Vendredi 24 juillet 2009 à 16:25



Nya j'adore, la chanson, la vidéo, le rythme, les paroles bref le tout, je me lasserai jamais de passer mes journées à farfouiller sur youtube.
Je suis quand même vachement lunatique comme fille, 'fin bref, encore du APH, ça met de bonne humeur  =D
http://free-word.cowblog.fr/images/Hetalia/APH547.png

Han on peut mettre deux vidéos à la fois ? Ouah bah cadeau je vous met une deuxième vidéo d'APH parodiant l'opening de Baccano! ( Baccano qui je précise un très bon anime que je conseille vivement de voir, un peu gore desfois mais très bien )


IroHana du haut de son petit nuage

Vendredi 24 juillet 2009 à 0:04

Cette article n'a pas vraiment d'intérêt, juste que je m'ennuie et que vu que je n'arrive pas à écrire quoi que se soit de concluant je préféré poster des Strip APH trouver sur Deviant fait par Silent-Soliloquy88 qui m'on bien fait rire. Donc si vous ne connaissez pas APH je pense pas que ça va vous intéressez plus que ça mais sait-on jamais ?

http://free-word.cowblog.fr/images/Hetalia/APH201.jpg
http://free-word.cowblog.fr/images/Hetalia/APH199.jpg

" rigole toute seule " Promis demain je posterai un truc un peu plus littéraire mais bon un peu de légèreté dans ce monde de brute.
Bonne soirée voir nuit à vous cher Cowblogueurs =)

IroHana du haut de son petit nuage

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast