Free-Word

Come wander with me now, come wander with me.

Samedi 9 mars 2013 à 21:26

"I’m not the only kid
who grew up this way
surrounded by people who used to say
that rhyme about sticks and stones
as if broken bones
hurt more than the names we got called
and we got called them all
so we grew up believing no one
would ever fall in love with us
that we’d be lonely forever
that we’d never meet someone
to make us feel like the sun
was something they built for us
in their tool shed
so broken heart strings bled the blues
as we tried to empty ourselves
so we would feel nothing
don’t tell me that hurts less than a broken bone
that an ingrown life
is something surgeons can cut away
that there’s no way for it to metastasize"

"he tried to kill himself in grade ten
when a kid who still had his mom and dad
had the audacity to tell him “get over it” as if depression
is something that can be remedied
by any of the contents found in a first aid kit"

"seems like each school has an arsenal of names
getting updated every year
and if a kid breaks in a school
and no one around chooses to hear
do they make a sound?
are they just the background noise
of a soundtrack stuck on repeat
when people say things like
kids can be cruel?"


IroHana du haut de son petit nuage

Lundi 18 février 2013 à 14:53

Bon, j'ai éteins mon portable, j'ai arrêté twitter, déconnecté tumblr, déconnecté facebook, je suis arrêter deux jours. Espérons plus.

IroHana du haut de son petit nuage

Lundi 18 février 2013 à 0:50

Je suis fatiguée de faire des efforts tout le temps, pour tout et dans tout. Il n'y a plus rien que je fais par gout ou par envie, tout par obligation. Je vais en cours, je fais des exposés, je passe les examens, parce qu'il le faut. Je mets de l'argent de côté et n'achète rien parce qu'il le faut ( mais au fond ce n'est pas comme si j'avais envie de quoi que se soit ), je vois des gens car il faut voir des gens, je vais chez mes psy car il faut bien faire quelque chose, je ris, souris, fais semblant d'être heureuse et épanouie parce qu'il faut bien ma bonne dame. Je peux être franche ? ça me casse les couilles. Tout ça ne me même à rien, nulle part, n'importe quelle domaine, aucun avenir. Tout ce que je fais, pourquoi ? Qu'est ce que ça m'apporte ? Jamais rien ne se passe bien, jamais rien ne m'arrive. Je vis parce qu'il faut vivre, parce que je sais ce que la vie est et que la mort ne me tente pas plus que ça, mais rien me tente, rien. On me dirait "tu peux passer des journées dans ton lit sans rien faire, sans manger boire aller aux toilettes te laver sortir voir des gens" je dirais " Ah, enfin, j'ai attendue ça toute ma vie". Je suis toujours remplie des mêmes questions existentielles, pourquoi, pourquoi moi. J'ai l'impression d'être une machine à emmerde, dés que j'ouvre la bouche il n'en sort que de la merde, soit l'on m'écoute et je blesse, soit on m'écoute pas et... rien ne se passe. Je suis fatiguée de ce rôle que je me suis mise en tête de jouer depuis que j'ai dix ans, d'être "drôle" toujours, tout le temps, parce que je suis qu'un étron sans talent et sans aucune reconnaissance qui ne peut vivre qu'en étant qu'une ombre. Je me déteste hein, ça surprendra personne. J'en ai marre de moi, de cet environnement, j'étouffe, j'étouffe de cette vie putride qui m'apporte rien. Je veux crever, vite, sans douleur, mais pas vraiment, un peu. Je me sens tellement seule, et je voudrais hurler à l'aide, mais qui s'en soucis vraiment ? Qui viendra m'aider ? Si je suis faible, est ce qu'on m'aimera encore ? Si je pleure, on me déteste, on m'en veut, de ne pas être forte, de n'être bonne qu'à ça. Je veux pas faire cet exposé, je veux plus jamais faire d'exposé, j'en ai rien à faire de Kennedy, je veux que quelqu'un m'arrache le coeur et en fasse de la charpie.

Merde, j'arrive pas à respirer. 

IroHana du haut de son petit nuage

Jeudi 27 décembre 2012 à 0:20

Cet article est protégé par mot de passe :  

IroHana du haut de son petit nuage

Mardi 18 décembre 2012 à 1:06

Si tu veux arrêter, je ne sais pas, dis le ? 
Cela me paraît tellement évident, et j'ai l'impression, que tu n'as plus envie d'aller nulle part. Alors, je ne sais pas, dis le, je ne te retiendrais pas, je ne te ferais pas de chantage, même si je t'aime je respecterais et disparaitrais, ou alors, dis moi, prouve moi que tu as envie de continuer. 
Car j'ai juste, un silence devant moi.

Aw, joyeux 16e mois.

IroHana du haut de son petit nuage

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast